● Sacré Steed ! & l’Atelier de reliure du Monastère Ste Catherine de Sienne ●

Le Monastère Sainte Catherine de Sienne est blotti dans un écrin de verdure et de fleurs dans une petite ville de Haute-Loire. La sérénité du lieu vous invite à suspendre le temps un instant, à contempler, à réfléchir.
Les Sœurs dominicaines font vivre ce lieu de rencontres et de prières avec une énergie incroyable. Loin d’être replié sur lui-même, il est une porte ouverte permanente vers ceux qui ont besoin d’une écoute et les sœurs restent très connectées à la société actuelle.

En plus de la prière, plusieurs activités viennent rythmer les journées de la communauté dont l’imprimerie et l’atelier de reliure.

Sœur Thérèse et Sœur Fabienne ont réservé un accueil très chaleureux à la fabrication des Sacrés Carnets.
Je vous assure qu’il n’a pas été simple de trouver des artisans prêts à faire du sur-mesure pour cette petite collection (désistement après des semaines d’attente, refus, accueil plutôt froid… J’ai entendu du « trop compliqué », « pas la peine de faire un devis ce sera trop cher pour le faire fabriquer », « ma colle ne colle pas »… ??! …).
Et bien chaque obstacle arrive pour une raison car je suis si contente aujourd’hui de la collaboration avec l’atelier de reliure du Monastère, de l’enthousiasme et de l’écoute assidue qui j’ai rencontré auprès des sœurs. Il est si agréable de travailler dans une collaboration enrichissante et positive en permanence.

Sœur Thérèse a su me conseiller, me guider, m’apprendre avec une patience infinie. En effet, il me paraissait primordiale d’apprendre aussi la technique et faire pour comprendre les contraintes, trouver des solutions et réaliser l’implication importante qu’une fabrication entièrement à la main réclamée.
La reliure est un vrai travail de fourmi : la découpe, le pliage des cahiers, le grecquage (sciage des cahiers pour réaliser des trous), la couture à la main avec des aiguilles et du fil de lin, le rainage manuel de la couverture (au plioir), l’emboîtage de la couverture sur le bloc, adapter la colle au besoin (il semble que le papier rouge rejette la colle, mais non les autres couleurs. Étrange phénomène…), la découpe du signet, le massicotage final.
Une fourmi bien bien occupée.

Chaque carnet a nécessité plusieurs jours de fabrication et a été choyé pour que vous obteniez un carnet vraiment unique.
Et c’est grâce à toute cette attention qu’une énergie supplémentaire habite maintenant ces pages et je suis sûre vous inspirera de nombreuses idées.

Je vous laisse découvrir les coulisses de l’Atelier de reliure pendant la fabrication du Sacré Carnet (photos)…

sacresteed_portraitartisan_lesacrecarnet-monastere
Entrer une légende

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s